Catalogue

Caroline Lejeune, Grris 
Entretien de Eloïse Lièvre (traduit en anglais)
Editions Virginie Boissière art contemporain 

48 pages / 44 illustrations couleur et 1 noir & blanc / format 21 x 26 cm / ISBN : 978-2-917555-01-9 / PVP : 10 €

Date de parution : 16 janvier 2008

Diffusion-distribution en librairies : Paris Musées

 

Grris est le premier catalogue d’importance à paraître sur le travail de Caroline Lejeune. “Effectivement, le titre vient de Beckett. Un personnage demande à un autre « - Quel temps fait-il ? » (…) : « Il fait gris. Gris ! GRRIS ! ». A savoir, qu’une des particularités de l’oeuvre de Caroline Lejeune est de peindre dans des tons gris.
A 36 ans, Caroline Lejeune fait partie des peintres françaises fort prometteuses : premier prix Jean-François Millet du S.I.A.P.V. de Valognes, 1er Prix du Conseil Général de Saint Grégoire, lauréate de la Fondation 3 Suisses... Son travail a été sélectionné pour l’exposition Art Sénat en 2005, et elle a déjà exposé en Belgique, en Angleterre, en Allemagne, et aux Pays-Bas.
Informations complémentaires
Cet ouvrage au papier et au graphisme délicats, sera apprécié par les nombreuses personnes qui suivent le travail de l’artiste depuis sa sortie de l’Ecole Nationale des Beaux Arts. Son petit prix permettra aussi à un public d’amateurs de l’acheter sur un coup de coeur. Enfin, il viendra documenter deux expositions personnelles qui auront lieu en 2008 à la Galerie Jérôme Ladiray à Rouen du 15 février au 15 mars et à la Galerie Odile Ouizeman à Paris du 12 juin au 26 juillet.
L’entretien avec Eloïse Lièvre apporte un éclairage nouveau sur la pensée de Caroline Lejeune et constitue un échange passionnant sur l’art et les motivations d’être peintre aujourd’hui.
Une sélection des oeuvres des quatre dernières années permet d’apprécier la virtuosité de l’artiste, aussi bien pour les paysages de forêts qui caractérisent son oeuvre, que pour les portraits en couleur de fin 2007.
“Ce que je m'imagine donner, c'est de l'énergie et du désir, et il n'y a rien qui me fasse plus plaisir que quelqu'un qui me dise : « C'est fou, tu as peint l'endroit où j'allais quand j'étais petit ». (...) J'aimerais que lorsque les gens regardent mes tableaux ils se
séparent de leurs obligations quotidiennes et aillent vers la rêverie. » Caroline Lejeune

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site